LeenaNOUX (néeNousiainen), artiste peintre

Néele 15 avril 1970 à Oulu, en Finlande.

Habiteà Orléans avec son compagnon français depuis 2011.


Formationaux beaux-arts :

TaidekouluMaa – Helsinki, Finlande

VapaaTaidekoulu – Helsinki, Finlande


LeenaNOUXest finlandaise. Seule fille d’une famille de quatre enfants, sontalent artistique s’est révélé dès son plus jeune âge. Uneannée, à Noël, sa mère a reçu comme cadeau un livre sur l’œuvred’EdvardMUNCH.Les images colorées mais parfois sombres ont tout de suiteémerveillé la petite fille qui aimait dessiner. Tout un mondenouveau et fascinant s’est ouvert à la petite Leena, alors âgéede six ans, qui n’avait jamais rien vu de pareil.

Lesarts plastiques étaient pour elle un passe-temps important dès sonenfance, et ses années de lycée, à dominante artistique, lui ontouvert la voie vers les études d’art. Après avoir déménagé àHelsinki, Leena a étudié le dessin et la peinture. Sa premièreexposition a eu lieu en 1999. Après cela, ses œuvrs ont étéexposées en Finlande et en France, mais aussi dans quelquesmétropoles européennes, comme Berlin, Londres ou Florence. LeenaNoux est également membre de la renommée Sociétédes Artistes Orléanais.


C’estclairement la couleur qui est pour l’artiste, depuis le début desa carrière, l’outil le plus important et le plus cher, même sile dessin classique est à la base de son travail.

Lacoloriste nordique a en effet créé progressivement un codecaractéristique de son style et clairement reconnaissable :« lumineux » et « harmonieux » sont desadjectifs qui viennent à l’esprit du spectateur pour la plupart deses œuvres, même lorsqu’elles sont des explosions de couleurs.

Parla suite, le spectateur peut porter son attention sur l’équilibrede la composition et le sentiment de profondeur créé par lescontrastes.

Dansles tableaux de Leena Noux, les contrastes et la profondeur de lacouleur créent en effet dans la composition abstraite un espacequasi figuratif, intime, un nid dans lequel on a envie de se blottir.C’est pourquoi beaucoup considèrent son abstraction comme aussifigurative ; l’artiste ne souhaite d’ailleurs pas suivre ladistinction classique entre ces deux genres artistiques. « Pourquoile faudrait-il, je préfère évoluer quelque part dans le territoireentre-deux », dit-elle.

L’artistesouhaite d’ailleurs que chaque spectateur puisse créer sa propreporte d’entrée dans le tableau, qu’il faut la trouver dans sonfor intérieur : elle espère que les spectateurs prennent letemps de le faire. « S’arrêter devant un tableau devraitêtre un moment de luxe, et dans mes tableaux je veux donner auspectateur la possibilité de retrouver son propre équilibre, sonrythme, son flow »,explique Leena.


Leena  peint principalement à l’acrylique, mais elle utilise aussiparfois le fusain et des bombes de peinture pour des détails. Commeoutils, en plus des brosses, elle utilise des éponges ; lesgenouillères sont une autre partie essentielle de l’équipement del’artiste, qui peint la plupart du temps sur le sol.

Unchevalet se trouve dans un coin de son atelier : elle peut ydéposer de temps à autre l’œuvre en cours pour l’observer,avant de la reposer à nouveau par terre pour continuer son travail.

Levieux livre sur l’œuvre d’Edvard MUNCH a accompagné Leenapendant toutes ces années, et il s’est retrouvé à Orléans, dansl’atelier de l’artiste.

« Cenouvel atelier dégage une paix particulière, profonde, que je n’aitrouvée nulle part dans mon voyage. Il a son propre rythme, sonpropre temps, le temps des nouvelles possibilités », résumel’artiste. 

Using Format